L’attrape-Bizule

Avec Bizule, on a une manière complexe de se dire bonjour et de s’aimer. Elle dort la journée dans le champ en haut mais elle s’approche dès que je l’appelle : « Bizule ! Biiiizuuuule ! ». Elle vient d’abord vers moi de son pas mesuré de félin, puis commence à courir droit devant jusqu’à mes pieds. Alors, je me penche et elle se dresse sur ses pattes arrière. Je la prends sous les aisselles, la lève très haut au-dessus de ma tête puis la baisse lentement, en embrassant son ventre blanc et doux (parfois trempé quand l’herbe est pleine de rosée). Quand elle est à la hauteur de mon cou, elle fait nez-nez et me mâchouille tendrement le petit cartilage entre les deux narines. Tendrement la plupart du temps, mais elle comprend très bien, à mes « Aïe ! Ouille ! Aïe », quand elle y va trop fort. Ensuite, un petit moment elle pose sa tête sur mon épaule, et c’est bon, on s’est dit bonjour.

Mais malgré notre amour, elle ne dort jamais avec moi. Enfin, « dormait » jusqu’au jour où j’ai découvert l’attrape-Bizule. Vous pouvez aussi essayer : prendre une couverture en laine bien douce, bien moelleuse, s’en envelopper au lit pendant qu’on lit (un châle marche aussi). Puis, après avoir éteint la lumière, mettre la jolie couverture si douce au-dessus de sa tête, entre le mur et l’oreiller. Et attendre. Ou dormir. À un moment donné, elle viendra se glisser silencieusement sur cette petite couverture, elle viendra la palper, peloter, papouiller, l’air extatique, avec les pattes avant et parfois même avec les pattes arrière, tout en suçant un petit bout de laine. Puis, l’épuisement de l’extase venant, elle s’endormira rassasiée, comme un gentil chapeau ronronnant autour de votre tête.

BIZULE_

(petit texte perso repris du blog Les Vregens, ici : http://cafemusique.wordpress.com/)

Publicités

2 réflexions sur “L’attrape-Bizule

  1. J’ai remarqué aussi ce petit manège avec la Tékila de ma fifille. Lorsque nous l’avons en garde si je m’installe sur le canapé du salon, que j’étends mes jambes sur la table basse et que je me recouvre d’un plaid ou d’une robe de chambre moelleuse, mam’zelle me jette un œil puis vient se lover sur moi en ronronnant. D’abord face à face , elle étend ses pattes, nouveau regard langoureux, je décode : « Caresse-moi le dos » puis elle se tourne : « C’est bon, je fais une petite sieste ok ? »
    Cette chatte me maltraite !

    ;-)

    • ah, pauvre zule martyrisé, manipulé. exploité même. mais bon, tu ne sais pas résister à un joli minois, aussi ! les chats sont des créatures non seulement d’habitudes mais aussi de rituels. bon, il y a aussi des chats bruts de décoffrage, mais on en rencontre parfois des qui sont tellement subtils dans les interactions !

Les commentaires sont fermés.