Le mystère de la touffe d’herbe

Dans le champ en contre-bas, qui est encore bien vert, et qui assure aux chats un immense terrain merveilleux, plein d’herbe et de buissons, dans lequel  jouer, se cacher, courir, dormir au soleil ou à l’ombre, et où Alithia peut chercher la baballe et fureter le nez au sol, des touffes très denses de graminées, encore jaunes de l’an passé, parsèment par dizaines le sol qui sera, dès mai, un véritable désert pierreux, dont la verdeur à peine passée semblera un pur rêve chlrorophyllien.

En hiver, le genêt blanc à gauche, la citerne communale et le caroubier à droite.

En hiver, le genêt blanc à gauche, la citerne communale et le caroubier à droite.

Le même angle, mais dès mai. Photo prise très tôt le matin.

Le même angle, mais dès mai. Photo prise très tôt le matin.

Or ces touffes sont l’objet d’une pratique toute particulière des chats, lorsque soudain, ils ont leur « quart d’heure ». Si vous avez des chats, vous connaissez le coup : les chats soudain se mettent à courir comme des fous dans tous les sens, c’est le moment où vous les retrouvez en équilibre sur une porte, le poil hérissé, perchés sur un arbre sans avoir prévu la descente, qu’ils renversent les bibelots et l’assiette de croquettes au passage, si possible dans le bol d’eau, qu’ils vous passent dessus comme une tornade poilue et griffue, bref, le quart d’heure où disparaît l’aimable minou ronronnant, et le chat devient un vrai fauve à l’humeur débridée. C’est leur quart d’heure.

Et, ici, lorsqu’ils sont dans cet état, il leur arrive de s’attaquer brutalement à une de ces touffes d’herbes innocentes, et d’en laisser le cadavre déchiqueté derrière eux, après l’avoir mordu rageusement et labouré avec jubilation de leurs pattes arrière. Je dois avouer que si vous avez une explication, je suis preneuse !!!

Et voilà le travail :

Pourquoi tant de haine ?

Pourquoi tant de haine ?

Et quelques nouvelles fraîches du P’tit nouveau :

Le P'tit nouveau, aujourd'hui siestou dans les capucines.

Le P’tit nouveau, aujourd’hui siestou dans les capucines.

 

P.S. : alors que je cliquais de l’index sur « publier », une grande scolopendre (scolopendra cingulata) me tombe sur le clavier… Les joies de la vie dans mon oasis. Il faudra que j’y revienne, aux scolopendres, scorpions, araignées, vipères, couleuvres, biodiversité et chats.

Pour les curieux, une petite vidéo sur DM d’une belle épeire anguleuse, filmée une année où elles étaient des centaines, et énAURmes.

Publicités

6 réflexions sur “Le mystère de la touffe d’herbe

  1. J’adore quand les chats « ont leur quart d’heure »… en général au coucher du soleil… enfin, il me semble …
    Et j’espère que « P’tit nouveau » va se retaper et se requinquer avec le soleil et le beau temps… Il est très beau au milieu des feuillages tendres et verts (pour l’instant).

    • le feuillage, ce sont des capucines, eh oui, déjà, et qui poussent ici tellement haut que je les ai déjà coupées une fois. quant au quart d’heure de possession hystérique du chat, oui, c’est vrai, souvent au coucher du soleil. l’heure des grass killers, héhéhéhé.

  2. Tous les chats ont leur quart d’heure… Largement favorisé quand ils s’ennuient, enfermés, comme en ce moment. Ils vont peu dehors (froid aux papattes) et ont besoin de se dépenser…

    J’ai eu un chat en appartement, Iago, qui lui, courait dans le couloir, et prenait les virages sur les chapeaux de roues… sur le mur !

    Ici, c’est Samba qui fait le zouave, il court partout, glisse sur le carrelage, cherche à jouer avec les autres, même avec les chiens : il se sent mieux, plus en confiance, et pour le moment je ne le laisse pas sortir, pour pas être obligée d’aller le récupérer en haut d’un arbre ou au fin fond de la grange.

    Bref, vivement le printemps, et l’ouverture des portes et fenêtres pour tout ce petit monde.

  3. bon, ben jusqu’à présent,personne ne vient m’expliquer pourquoi cette rage sur deux touffes d’herbe, et pas les autres….

Les commentaires sont fermés.