La grande sauterelle verte.

Tout au sommet du seul vrai mimosa de la maison (voir le texte sur les mimosas…), cette grande belle sauterelle verte, dont la couleur vert-jaune et la transparence me font supposer qu’elle venait de muer. J’ai « joué » un bon moment avec elle, à pourtant 3/4 mètres : elle s’arrangeait pour toujours avoir une branchette ou une feuille entre elle et moi, et se déplaçait précautionneusement en fonction de ma position… Impossible de lui photographier le dos !

Et encore une fois, sale temps pour les connexions lentes !

C’est une fille, on voit bien son oviducte…

P1360313

P1360341

Cache-cache avec une sauterelle…

P1360327 P1360326 P1360325 P1360319 P1360336

P1360330

P1360323

P1360315

Et pour terminer, un peu de poésie surréaliste, de Gisèle Prassinos, verte elle aussi (comprenne qui pourra, hinhin) :

La sauterelle Arthritique (1935)

J’ai cherché partout un lieu de repos

Pourquoi pas

Sans même attraper un rond sur la peau

Que non pas

J’ai trouvé un rail avec du goudron

Il faut le dire

Ma fleur a perdu son premier bouton

Mais en rire

J’ai piqué une vache avec bonbon

Pas pour ça

Dit sue c’est une blouse de papier marron

J’en ai pas

Tout en déguisant de la gomme à écrire

Quelle douleur

J’ai mangé du son qu’avait la rougeole

Sans crier

Puis l’estomac gros j’ai bourré ma pipe

Ton soulier est détaché

Publicités