Copain (d’ici) Bibu, quelques images…

Quand j’étais gosse, on m’avait cousu, fait main, avec amour et originalité, une peluche aujourd’hui disparue : c’était une énorme pieuvre, enfin, « énorme », aussi grosse que moi qui étais bébé, en feutre noir et blanc (noir pour le corps et le dessus des tentacules, blanc pour le dessous des tentacules), avec des yeux verts  et de longs cils (ça fait assez penser à la baleine de Prévert – mais qui, elle, avait les yeux bleus), fourrée à la laine… C’est étrange la mémoire, je n’ai pas besoin de beaucoup « chercher »  pour me souvenir des sensations, du toucher, du poids, de sa manière de plier les tentacules… Elle s’appelait Bibu. Alors voilà, j’ai renommé Copain d’ici, désormais il se nommera Copain-Bibu. C’est comme ça. Et ce chaton, c’est une vraie personnalité.  Il est facétieux et très autonome. Je l’adore…05-P1370054

01-P1370046

Le jeu : elle tente de le séduire avec cette position « soumise », et il prend sa position spectrale « je me gonfle et saute de côté avec les pattes bien raides, non mais ho ! »

07-P1370060

08-P1370062 10-P1370064

Et après toutes ces excitations, un petit dodo, après avoir beaucoup tué ce bout de couverture !

11-P1370068 12-P1370069

13-P1370071 14-P1370073

15-P1370074

Allez, un petit bout de cette incontournable « Pêche à la baleine », de Prévert :

Mais voilà la porte qui s’ouvre, et ruisselant d’eau
Le père apparaît hors d’haleine,
Tenant la baleine sur son dos.
Il jette l’animal sur la table,
une belle baleine aux yeux bleus,
Une bête comme on en voit peu,
Et dit d’une voix lamentable :
Dépêchez-vous de la dépecer,
J’ai faim, j’ai soif, je veux manger.

Je vais encore râler, mais je n’ai trouvé qu’UNE version des Frères Jacques chantant cette pêche, mise en musique par Kosma…

 

 

Publicités

11 réflexions sur “Copain (d’ici) Bibu, quelques images…

  1. Copain Bibou (pas bibü, rassure-moi, Zozé) me plaît beaucoup.
    Parce que Bibou était le diminutif de Bibouchka, 2e nom de ma Chatiti.
    Le 3e, c’était Bouboulina…
    J’imagine que tes chats sont si nombreux que tu es obligée de te limiter à un nom par chat ;o))…
    Merci pour ce récit poético-nostalgique et le reportage-photo sur p’tit Bibou.

    • oui, il est très irrésistible. en plus, je sais pas si je dois être vexée ou pas, mais si je l’ai filmé dans la maison, il ne fait qu’y passer. je lui fais un tsiftétéli (danse du ventre) torride, « viens chez moi, c’est confortable », mais il s’en fout. faut dire que sa zoulimama est encore bien maternelle (et hélas tout à fait farouche, pour la faire stériliser…).

  2. En tous cas, Bibu est un p’tit mec, y’a pas de doute… :-)

    Chez les chats au nez rose (et aux coussinets assortis, ce que moi j’appelle « du caoutchouc sous les papattes »), j’ai remarqué que quand ils font les couillongs (je suis de Marseilleuh) et font « des excitations », genre jouer comme des fadas, leur nez (et leurs coussinets) deviennent roses plus foncés…

    Et les bébés chats sont comme tous les pitchounes : ils jouent comme des fous pendant une heure (on se dit mais où ils vont chercher toute cette énergie ?) et d’un seul coup, d’un seul, y’a plus personne : ils dorment profondément…

    • c’est juste. et d’ici peu tu pourras vérifier ça sur les petiots !! j’adore leur manière de tomber brusquement en sommeil après avoir fait les fous. le tout petit que je n’ai pas laissé mourir avec son sac amniotique, et que je nourris et torche depuis, fait un truc que je trouve affreusement mignon : il gueule, je lui donne son biberon (j’aime tellement ses petites oreilles quand il tète : elles bougent quand il tire du lait), et il s’endort avec la tétine dans la bouche… bon, il se réveille dès que je le bouge… quand je pense que j’ai si bien évité d’avoir des mômes, je me retrouve à materner un, deux, voire plus chatons chaque année !!

      • rhooooooooo, on a envie de les poupougner sans fin… et on imagine le concert de ronrons. merci, c’est très chouette. et c’est vrai, les vrais mecs portent des chats !

  3. J’aime bien le terme « affreusement mignon »… :-))

    Les petits chats ont tellement envie de vivre, qu’ils font tout à cent à l’heure, c’est impérieux, jouer, manger, ronronner…

    Mon Linus, que j’ai « allaité » pendant deux mois, doit son nom à l’impatience qu’il manifestait devant le biberon : j’étais obligée de l’entortiller dans une serviette, papattes comprises, pour l’empêcher d’arracher le biberon (et mes doigts avec) .. Il était comme le personnage éponyme des Peanuts avec sa serviette, son doudou, à la bouche… Il ressemblait à une momie, ou aux bébés emmaillotés des temps anciens… Lui aussi était affreusement mignon… Et il l’est resté jusqu’à la fin.

    Remarque que cet âge chez les chats dure longtemps : mon ado Samba, qui a plus de six mois, est en train de joyeusement démantibuler les bas de porte, et les dessous de matelas… Et il cause toujours autant…

    • le tout petit est terrible aussi avec le biberon, il se débat pour l’attraper, je dois le prendre par la peau du cou, attendre qu’il miaule pour lui enfiler la tétine… un vrai combat à chaque fois. c’est marrant comme chaque chaton est différent. houdini, c’était la placidité même, par contre il a réclamé le biberon jusqu’à 6 mois, et maintenant qu’il est jeune homme, il miaule dès qu’il me voit en préparer un pour le tout petit. avec un peu de bol, et puis les chats qui causent, ça aussi c’est chouette. les miens pas. sauf zozéfine. je pense que c’est un effet du nombre : j’ai moins le temps d’interagir avec chaque chaton.

Les commentaires sont fermés.