Athéna et les chatons, les siens et l’autre.

L’autre soir, entre chien et loup, qu’ouïs-je, qu’entends-je ?? Le petit miaulement caractéristique du chaton abandonné, affamé, désespéré. Je dis « petit » miaulement, en fait il s’agit d’un cri plutôt puissant pour un si petit machin, que seuls les coeurs les plus endurcis peuvent ignorer.  Depuis le dernier chaton, trouvé avec son sac amniotique, que j’ai essayé de sauver et qui a fini par s’éteindre, je dois avouer que j’ai beaucoup de doutes quant à ma capacité de remplacer la mère à un âge si tendre… Et puis je suis presque sûre que ce chaton est mort de déprivation sensorielle. Pas de ventre chaud pour se blottir à l’abri, et nul morceau de laine bien douce ne peut remplacer cela.  En plus, tout seul au monde. Alithia a eu beau le lécher et le materner, et moi la relayer de temps en temps, ce petit chaton n’avait aucune raison de survivre. Lire la suite

Petites nouvelles des chats.

Je gère, du point de vue de sa narration, le mélange de routines et de surprises du quotidien à Chrousa de la même manière que mes occasions de descendre en ville : j’accumule, et j’attends UN élément, événement ou chose à faire qui ne peut attendre, pour me mettre au clavier ou prendre la voiture… Lire la suite

Petit troupeau, grosse bergère.

Il y a deux ans, beaucoup de chattes harets ont accouché tardivement, et pour une deuxième fournée (hélas hélas). Les chatons d’automne survivent rarement, ils sont sevrés en pleine mauvaise période, perdent la protection et physique et biologique de leur mère et de son lait, et doivent commencer à se nourrir seuls quand la concurrence est forte pour la nourriture, quand les maladies diverses et variées les guettent avec le froid et la pluie, et quand ils ne connaissent pas encore très bien leur environnement : leur ordalie commence ou se termine au très mauvais moment. Lire la suite

L’ordalie des chatons.

Les mères chattes, ce sont de drôles de types. Elles mettent à l’épreuve leurs petits. C’est l’ordalie des chatons, et ça passe ou ça casse.

A mes débuts de mémère à chats, lorsque je vivais à Poseidonia, une mère chatte et ses cinq petits avaient disparu, du jour au lendemain. Ayant déjà vécu un déplacement de chatons avec Zoulimama en France, je supposais qu’elle les avait simplement emmenés un peu plus bas, ou un peu plus haut, dans un endroit un peu plus confortable (voire un peu moins), ou un peu plus sécure. Je les ai beaucoup cherchés ce jour-là. Et les suivants. Mais point de chatons, point de mère chatte. Lire la suite

Spicilège 4.

Pour ne pas vous laisser sans images à méditer ce week-end, que j’espère aussi beau et chaud que celui qui s’annonce ici, voilà quelques images d’ici et là, de ceci et cela…

Et pardon pour les connexions lentes !

Lire la suite

Les chats élevés « au sein » – si je puis dire !

Parmi les chats-de-dedans, pas mal ont été recueillis bébés, voire nourrissons, en général seuls, malades, affamés et totalement perdus. Ce sont des chatons que j’ai sauvés de la mort, et pour ce faire, j’ai dû utiliser toute ma ruse et ma patience et mon obstination.  Souvent survivants de portées massacrées, ou simplement mortes de maladie (le plus souvent coryza chronique de la mère et contractée au moment de la naissance), parfois juste là, tout seuls, simplement. Lire la suite