Petit troupeau, grosse bergère.

Il y a deux ans, beaucoup de chattes harets ont accouché tardivement, et pour une deuxième fournée (hélas hélas). Les chatons d’automne survivent rarement, ils sont sevrés en pleine mauvaise période, perdent la protection et physique et biologique de leur mère et de son lait, et doivent commencer à se nourrir seuls quand la concurrence est forte pour la nourriture, quand les maladies diverses et variées les guettent avec le froid et la pluie, et quand ils ne connaissent pas encore très bien leur environnement : leur ordalie commence ou se termine au très mauvais moment. Lire la suite

Copain d’ici, du 20 au 31 mai !

C’était pas gagné d’avance, tout de même un oeil en moins, mais je pense que c’est la dernière fois que je bêtifie à son sujet, de « avant » à « après ». Désormais, il fait partie de la grande tribu à moustaches, ni plus ni moins. Inutile de dire que je suis très très contente ! Je suppose qu’il faudra faire quelque chose pour son oeil, bien que  le réflexe de fermeture des paupières soit parfaitement normal. Mais ce sera une autre histoire, pour plus tard. Lire la suite

Les chatons de la saison commencent à arriver !

Mais dans quel état !

Ce soir, il y avait tellement d’abeilles sur le chèvrefeuille que je les entendais à travers la porte, et attention, une grosse en bois ! Donc, je peux pas m’empêcher, je cours chercher mon petit camescope pour « immortaliser » ce petit raffut, cet incroyable minuscule tapage quasi nocturne. Lire la suite